Campagne de soutien aux listes du RDPC d’Aminatou Ahidjo dans la ville de Mokolo à l’Extrême-Nord
6 février 2020
Campagne du RDPC dans le Littoral : Dion Ngute rebooste les troupes à Douala
7 février 2020
Voir plus

Tournée du Secrétaire Général du Comité Central, Président de la Commission Nationale de Campagne à l’Ouest (Dschang, 5 Février 2020)

Allocution de S.E.M Jean Nkuete, Secrétaire Général  du  Comité  Central, Président  de  la  Commission Nationale  de  Campagne

  • Très cher père Sultan Ibrahim MBOMBO NJOYA, Membre du Bureau Politique, Chef de la Délégation Permanente Régionale du Comité Central du RDPC, Président de la Commission Régionale de campagne pour l’Ouest ;
  • Camarades Membres du Bureau politique et du Comité Central ;
  • Camarades Membres du Gouvernement ;
  • Monsieur le Préfet de la Menoua ;
  • Honorables Membres du Parlement ;
  • Camarades Président de la Commission Départementale et Présidents des Commissions Communales et sectorielles de campagne de la Menoua ;
  • Camarades membres des Bureaux Nationaux OJRDPC et OFRDPC ;
  • Camarades vice-présidents, membres et chargés de mission des Commissions de Campagne ;
  • Camarades candidats investis par le parti ;
  • Mesdames et Messieurs les Magistrats Municipaux ;
  • Chers parents, les Chefs traditionnels de la Menoua ;
  • Chers camarades ;

Nous sommes particulièrement heureux d’être parmi vous dans la Menoua  et plus précisément à NKONG-NI  aujourd’hui, et ce n’est pas uniquement parce que nous sommes à la maison. C’est davantage au vu de l’accueil mémorable que vous venez de nous réserver, à nous-mêmes et à toute la délégation qui nous accompagne.

NKONG-NI, cela  va sans  dire, en marge  de  sa  nature  d’un des plus grands bassins  de production  rurale, reste un des  arrondissements  accusant une forte  densité  de population,  densité  qui en  fait un  des grands  réservoirs  de  militants  du RDPC  du Département  et  de la Région.

Recevez par nos modestes paroles, l’expression de notre gratitude. Elle vous dit, par notre émotion, sa grande appréciation des commodités et des facilités déployées pour rendre utile et agréable notre séjour dans ce Département très important de la Région de l’Ouest.

Parce que nous sommes ici à la maison comme je viens de l’indiquer, nous nous devons de tenir, l’histoire  de la Menoua nous l’impose, le langage de la vérité. Le Département  connait mieux  que quiconque le poids de la vérité, l’importance du pacte d’amitié et le sens de l’histoire.

Ces principes cardinaux sont au fondement de toute relation amicale et au cœur de notre adhésion au Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais et à la politique de son fondateur le Président Paul BIYA, cet illustre ami fidèle de la Menoua.

Avec le Président Paul BIYA, nous avons vécu toutes les péripéties de l’histoire de notre grand parti le RDPC, depuis sa création en 1985 à Bamenda, jusqu’à ce jour, en passant par les années dites de braises de la décennie 1990.

Aujourd’hui plus qu’hier, nous sommes interpellés au plus haut point par la manière dont nous entretenons notre relation avec le RDPC et le Président Paul BIYA.

Pour dire les choses telles qu’elles sont, l’histoire revisitée nous impose un devoir de reconnaissance envers le Renouveau National, envers le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA, au regard du chemin parcouru, au regard des fruits dont la Menoua a bénéficié jusqu’ici, malgré nos écarts et nos faux pas dans cette longue marche.

A cet égard, ce n’est pas à vous que j’apprendrai que dans la région de l’Ouest, la Menoua est regardée avec des yeux très envieux par les autres départements.

Qu’il nous soit permis, sous ce rapport, de considérer un fruit du Renouveau dont la Menoua a bénéficié, parce qu’il nous semble le plus emblématique. Celui de la grande et belle Université de Dschang dont je salue le Recteur, le professeur TSAFACK NAFOSSO, digne fils de la Menoua, Président de la Commission Communale de Campagne de Dschang, et dont l’un de mes principaux collaborateurs  qui d’ailleurs  est avec nous ici  le Professeur Paul Célestin NDEMBIYEMBE en est le Président du Conseil d’Administration.

Devons-nous encore rappeler que, complétée et renforcée par ses facultés  de médecine et de pharmacie,   l’Université de Dschang est la seule Université d’Etat implantée en dehors du Chef-lieu de région ?

Devons-vous rappeler que, c’est la seule des huit universités d’Etat dont deux fils de la localité ont successivement présidé aux destinées ?

De sorte que la Menoua est aujourd’hui comme la perle de l’Ouest. Une terre d’attraction, un haut lieu de science et de formation de la jeunesse. En un mot, le reflet de ce que le Renouveau a donné de meilleur à notre région.  Car le meilleur pour un peuple, une nation, c’est d’investir dans la formation et l’éducation de la jeunesse.

A l’évidence, le Président Paul BIYA porte un regard particulier sur la Menoua et entretient avec elle un lien particulier.

Au demeurant, le RDPC n’a jamais manqué à l’appel lorsque la Menoua traversait les épreuves tout au long du temps.

Que l’on se souvienne des heures tristes de l’avènement du multipartisme.

Pourtant historiquement, la Menoua n’a jamais failli dans son soutien aux institutions. Rappelons-nous les difficiles épisodes des luttes pour la libération du Cameroun.

La Menoua y a pris en double  une  belle part,   toute sa part pour que le Cameroun obtienne l’indépendance et devienne un pays, uni, indivisible et prospère.

Nous devons  renforcer la tradition et le passé, et consolider davantage  notre sens de la fidélité et de la loyauté républicaine.

Nous devons éviter fermement de nouer   avec   le militantisme et l’engagement hésitants,  certains de nos enfants vous abreuvant de discours et de messages sur le militantisme du village pour vous encourager à tourner le dos au Renouveau.

Votre présence massive, en ces lieux aujourd’hui, montre que vous résistez avec courage et abnégation à ces appels au repli identitaire.

Nous devons opposer une fin de non-recevoir à ces appels à la solidarité du village dans un pays pluriel, divers et aux peuples mosaïques.

En un mot, nous avons fait le choix de la République. Et nous avons bien fait.

La Menoua a payé le prix fort de ses errements et hésitations du passé.

La Menoua a payé pour une erreur collective et l’on peut penser que le déplacement du chef-lieu de la province de l’Ouest de Dschang à Bafoussam était un révélateur de l’infidélité à un moment donné de l’histoire.

La Menoua a compris, elle ne doit plus se tromper, elle ne se trompera plus. Elle est  placée  depuis plus d’une  décennie  sur  ma noble trajectoire  de l’émancipation  rationnelle  de sa  population. La Menoua  est RDPC  et  restera  RDPC dans l’intérêt  supérieur  de  ses  filles et  fils.

Quant à l’Homme du Renouveau, Son Excellence Paul BIYA, il n’a pas oublié son amour pour la Menoua.

Aujourd’hui, Il fait mieux que nous combler. D’ailleurs, le niveau  de  notre  Délégation ici présente  en  constitue une preuve éloquente. Bref  la Menoua  porte actuellement  le sac  du Chef. 

Vous le voyez, chers frères et sœurs de la Menoua, le Président Paul BIYA aime la Menoua. La Menoua doit le lui rendre. Aujourd’hui, demain et toujours, avec la même constance, le même engagement et la même détermination.

La Menoua est limitrophe d’un département de notre pays qui paye le prix fort des vendeurs de rêve : le Département du Lebialem dans la région du Sud-Ouest. Il n’est pas loin d’ici.

           C’est pour nous l’occasion d’adresser à nouveau nos remerciements et nos encouragements à tous nos frères et sœurs de  FOSSONG-WATCHENG,  FONDONERA  et FONGO-TONGO et des autres localités concernées dont  l’hospitalité et la générosité ont contribué à soulager les milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la barbarie et les violences aveugles.

Le RDPC, faut-il le rappeler, est le seul parti politique qui s’est toujours tenu auprès des populations du Sud-Ouest et du Nord-Ouest depuis le début de la crise.

Ne permettons donc pas que ce qui s’est passé chez le voisin se produise ici car, les mêmes causes provoqueraient les mêmes effets. Le passé  nous ayant tourmenté, nous devons  éviter les aventures  incertains en barrant  la voie aux  vendeurs d’illusions. Les  Mairies  de Dshcnag  et de Penka-Michel  gardent  le triste  souvenir  de la gestion par l’opposition .Ces   deux importantes  communes  de  la Menoua  ne sauraient   fuirent  la  pluie  comme la grenouille, en  votant  l’opposition,  ennemie  de  l’intérêt  général. 

  • Chers jeunes résidants dans la Menoua ;

Vous entendez tous les jours les échos lugubres des évènements tragiques  qui se déroulent dans le département voisin parce que les jeunes ont cédé à la tentation de l’inconnu.

         Vous avez vu ce qui s’est passé dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest lorsque la jeunesse s’est laissée tromper par des aventuriers mus par des agendas cachés.

Demain, ne dites pas que vous ne saviez pas ce que l’aventure peut causer comme tort à une terre. Ne dites pas que nous les aînés, nous ne vous avons pas mis en garde contre les vendeurs d’illusions.

Faites donc attention aux serpents qui sifflent sur vos têtes. Faites attention aux sirènes mielleuses qui ne proposent rien de concret. Nous vous mettons en garde contre ceux qui font du bruit sans message ni contenu, contre ceux  qui opposent les Camerounais aux Camerounais, les ressortissants de l’Ouest aux autres camerounais. Contre ceux dont le seul programme est l’insulte, la violence, la calomnie,  la stigmatisation et le boycott des élections. Contre ceux dont les CV politiques ne sont constitués que de titres universitaires,  alors  que le poids  politique d’un  parti se  mesure  par  le nombre  de ses représentants  au Parlement  (Assemblée  Nationale  et  Senat )  et des  Communes  contrôlées.

Les professeurs et grands diplômés, ils sont en nombre dans la Menoua et au RDPC. Ces professeurs et autres grands hommes et femmes de science savent que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».   

La politique ne s’accommode pas de l’inconnu et de l’incertitude. Elle n’est certes pas une science exacte, mais elle s’appuie sur des constantes et des projets.

Le RDPC est en soi un projet, celui de la paix, de l’unité, de la démocratie et du progrès. Un progrès conçu surtout pour vous les jeunes, avec vous les jeunes, et prenant en compte la grande diversité de notre pays. *

    D’une  façon  générale et m’adressant particulièrement, même  en tant  que  professeur  aussi  de  l’université, aux  étudiants   des universités  installées  à l’Ouest  dont celle de Dschang,  qu’ils  doivent faire montre  de  rationalité  d’objectivité, de pragmatisme, et  de réalisme  en  appuyant  des  forces  socio-politique   qui cherchent et appuient  le développement   de  nos  villes  au lieu  de  s’engager avec  les  valeurs négatives   qui cherchent  à  tout  détruire. Bref, ils  doivent  aimer  les  localités  où ils sont  installés  et  partant   le développement  des  localités  qui entraine les  leurs, les  attitudes  contraires constituant  l’irresponsabilité  ou  la trahison  et  partant  la recherche  de  de la  haine  et  de la  violence.  

  • Mesdames, Messieurs. Chers camarades, frères et sœurs de la Menoua ;

Après les élections du 9 février 2020, notre pays entrera dans une ère nouvelle. Dans ce Cameroun nouveau, quelle place veut occuper la Menoua ?

Voulons-nous rester sur le quai, alors que les Collectivités Territoriales Décentralisées seront appelées à impulser le développement ?

Voulons-nous volontairement refuser d’entrer dans ce train en marche, pour suivre des vendeurs d’illusions ?

Nous ne pouvons pas rater ce tournant important de l’histoire.

Nous ne pouvons pas bouder le plaisir d’être de ceux qui engrangeront les fruits de la croissance portée par les Grandes Opportunités.

L’élection est également un temps d’assurance pour le futur.

C’est le temps de se dire que la fidélité a un prix et une récompense. C’est le temps de réaffirmer ses amitiés, par un vote sans ambigüité et plein de clarté pour le  RDPC  et  rien  d’autre.

Travaillons donc davantage avec   le RDPC et le Président Paul BIYA pour bénéficier des opportunités qu’offre la décentralisation qui va en s’accélérant. Nous ne pouvons pas engager ce virage sans être en symbiose avec le Président de la République S.E Paul BIYA. D’autres l’ont compris et vont avancer. Il nous appartient maintenant de  nous  maintenir   sur la  bonne  trajectoire  et d’avancer. 

Vous le voyez donc, mes chers camarades, quel que soit le bout par lequel on prend les choses, nous devons voter les listes RDPC et éviter de disperser nos voix.

Faisons  gagner mieux que par  le  passé  le RDPC dans la Menoua pour consolider  notre pacte d’amitié avec l’Homme du Renouveau.

Faisons gagner le RDPC dans la Menoua pour continuer d’assurer un avenir prometteur à la jeunesse de notre département. Le  bon  sens faisant parler la raison,  La Menoua ne peut  pas se mettre à l’écart.

Parce que le RDPC est porteur de projets pour l’avenir.

Parce que le RDPC est resté constant, toujours prêt de nous, malgré les péripéties de l’histoire et les tentations d’infidélité.

Parce que le RDPC est au cœur des Grandes Opportunités qui sont porteuses de promesses de développement.

Tout  en les  remerciant  très sincèrement  et les  félicitant   en même  temps pour les  efforts  déjà accomplis  sur le terrain depuis le lancement de  la campagne, j’encourage les responsables d’animation  du processus  à  tous  les niveaux à  Dschang,   à Fokoué, à Fongo-Tongo, à Nkong-Ni, à Penka Michel  et  à Santchou  à  redoubler  d’ardeur  et  d’engagement  pour que les  acquis soient    préserver  et le  succès  final  sans  bavure.  L’organisation générale  mis  en  place ayant  été  conçu à  cet effet.

Le renforcement  de  l’entente, de la solidarité  et  de la  collaboration  entre  les  différent  responsables  des structures d’animation   à l’horizontale  comme  au vertical  s’impose  comme  condition essentielle   du succès  recherché.

Le 9 février, j’invite toutes les électrices et tous les électeurs de la Menoua à se rendre massivement aux urnes pour sceller un pacte de confiance renouvelé avec le RDPC et son prestigieux Chef, Son Excellence Paul BIYA, le Président de la paix, le Président de l’unité, le Président de la concorde, le Président de l’émergence du Cameroun.

Je  ne saurais  terminer  mon  propos  sans exprimer  toute  notre reconnaissance  aux  autorités  administratives  et  aux maintiens  de l’ordre  dont le travail  quotidien  de  maintien de  la  paix et  la sécurité  rassure les  populations  et  la  militants  et  facilite le  déroulement  de la  campagne.

  • Vive le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais.
  • Vive le Département de la Menoua dans un Cameroun UN, INDIVISIBLE, UNI DANS SA DIVERSITE.
  • Vive le Président Paul BIYA, Président de la République, Chef de l’Etat, Président National du RDPC.

 Je vous remercie de votre bienveillante et aimable attention.